ORIGINE DE LA COUPE STANLEY

Lorsque Lord Stanley de Preston est nommé gouverneur général en 1888, le hockey en est à ses premiers pas. Il est généralement reconnu que le premier match de hockey intérieur organisé (avec des équipes identifiées, des règles et un pointage enregistré) a été disputé à la patinoire Victoria de Montréal, le 3 mars 1875, organisé par James Aylwin Creighton, qui avait appris le sport en Nouvelle-Écosse, sa province natale. Peu à peu, la version jouée à Montréal s’étend vers l’est jusqu’à Québec et vers l’ouest jusqu’à Ottawa, et les foules de visiteurs aux tournois du Carnaval d’hiver de Montréal de 1883, 1884 et 1885 font en sorte que le sport se répand d’un bout à l’autre du pays et aux États-Unis.

À son premier hiver canadien (1889), Lord Stanley assiste à un match à la patinoire Victoria de Montréal et il est intrigué par le jeu. On sait que sa fille Isobel et six de ses fils (Algernon, Arthur, Edward, Ferdinand, George, et Victor) se sont adonnés à ce sport pendant leur séjour à Ottawa. En novembre 1890, Arthur Stanley est membre d’une délégation participant à une réunion à Toronto pour organiser une Association de hockey de l’Ontario (AHO). Cette nouvelle ligue rejoigne la Amateur Hockey Association of Canada (AHAC) avec siège à Montréal comme l’une des deux ligues de hockey élite.

En mars 1892, après que le Club de hockey d’Ottawa avait gagné deux fois d’affilée le championnat de l’Ontario, l’Association athlétique amateur d’Ottawa organise un dîner en l’honneur de l’équipe. À l’occasion de ce dîner, Lord Kilcoursie, un collaborateur de Lord Stanley, lit une lettre du gouverneur général proposant de donner « une coupe servant de trophée décerné chaque année à l’équipe de hockey championne du Dominion ».

Lord Stanley demande à son secrétaire militaire, le capitaine Charles Colville, qui est en Angleterre à l’époque, d’obtenir une coupe appropriée. Ce que Colville réquisitionne est un « bol à punch argent électroplaqué de la fin de l’ère victorienne, avec un rebord moulé simple au-dessus d’un bol à cannelures courbées, à son tour au-dessus d’une bande d’inscription simple avec des armories et l’inscription « From Stanley of Preston » et « Dominion Hockey Challenge Cup ».

Lord Stanley nomme deux éminents citoyens d’Ottawa, l’éditeur du Ottawa Journal, Philip Dansken Ross, et le shérif d’Ottawa, John Sweetland, afin d’agir à titre de fiduciaires de la Coupe. Après un déjeuner avec Kilcoursie au Rideau Club en avril 1893, Ross rédige le mandat pour l’attribution du trophée :

Les conditions de Son Excellence pour l’attribution du trophée du championnat de la Coupe Stanley :

  1. Le gagnant doit fournir une caution pour le retour de la Coupe en bon état lorsque requis par les fiduciaires aux fins d‘être remise à une autre équipe gagnante.
  2. Chaque équipe gagnante fera graver, à ses propres frais, son nom et l’année où elle a remporté le championnat, sur un anneau en argent monté sur la Coupe. [La première fois, la MAAA verra son nom déjà gravé sur la Coupe.]
  3. La Coupe doit demeurer un trophée championnat et ne deviendra à aucun moment la propriété d’une équipe même si celle-ci la gagne plus d’une fois.
  4. En cas de doute au sujet du titre de champion que pourrait revendiquer un club, les fiduciaires de la Coupe la garderont ou la remettront à leur seule discrétion, leur décision étant finale.
  5. Si l’un des deux fiduciaires démissionne ou abandonne, l’autre fiduciaire nommera un remplaçant.

Ainsi, le 15 mai 1893, le fiduciaire Sweetland remet le trophée à son premier récipiendaire, la Montreal Amateur Athletic Association.

Un endroit capital

Depuis ce temps, Ottawa est devenue une grande ville cosmopolite, riche et dynamique, où résident près de 1.2 million d’habitants. Elle partage la région de la capitale nationale avec Gatineau (QC), sa ville sœur.

Les institutions nationales et lieux historiques que l’on retrouve à Ottawa, comme le canal Rideau, le Musée des beaux-arts du Canada, le marché By et bien sur, les édifices du Parlement, font de cette ville une destination idéale pour les touristes du Canada et de partout dans le monde.

Explorez la richesse de l’histoire de la capitale du Canada au travers les récits de nos chroniqueurs et critiques les plus respectés.

Références

Voici des ressources supplémentaires pour en apprendre davantage sur la ville d’Ottawa.

Bond, Courtney C. J. (1984), Where Rivers Meet: An Illustrated History of Ottawa, Windsor Publications, ISBN 0-89781-111-9

Brault, Lucien (1946), Ottawa Old and New, Ottawa historical information Institute, OCLC 2947504

Martin, Carol (1997), Ottawa: a colourguide, Formac Publishing Company, ISBN 978-0-88780-396-3

Conroy, Peter (2002), Our Canal: the Rideau Canal in Ottawa, General Store Pub. House, ISBN 1-894263-63-4

Finnigan, Joan (1981). Giants of Canada’s Ottawa Valley. GeneralStore PublishingHouse. ISBN 978-0-919431-00-3.

Greening, W. e. (1961), The Ottawa, Toronto: McClelland and Stewart Limited, OCLC 25441343

Haig, Robert (1975), Ottawa: City of the Big Ears, Ottawa: Haig and Haig Publishing Co.

Hessel, Peter D. K. (1987), The Algonkin Tribe, Arnprior, Ontario: Kichesippi Books, ISBN 0-921082-01-0

Hill, Hamnett P. (1919), Robert Randall and the Le Breton Flats, Ottawa: James Hope and Sons, OCLC 7654867

Keshen, Jeff; St-Onge, Nicole (2001), Ottawa: Making a Capital, Ottawa: University of Ottawa Press, ISBN 0-7766-0521-6

Lee, David (2006), Lumber kings & shantymen : logging and lumbering in the Ottawa Valley, James Lorimer & Company, ISBN 978-1-55028-922-0

Legget, Robert (1986), Rideau Waterway, Toronto: University of Toronto Press, ISBN 0-8020-6591-0

MacKay, Robert W. S. (1851), The Canada Directory, Montreal: John Lovell

Mika, Nick & Helma (1982), Bytown: The Early Days of Ottawa, Belleville, Ont: Mika Publishing Company, ISBN 0-919303-60-9

Mullington, Dave (2005), Chain of office: biographical sketches of the early mayors of Ottawa (1847–1948), General Store Publishing House, ISBN 978-1-897113-17-2, retrieved 27 May 2011

Pentland, H. Clare (1981), Labour and capital in Canada, 1650–1860, James Lorimer & Company, ISBN 978-0-88862-378-2, retrieved 27 May 2011

Scott, R. w. (1911), Recollections of Bytown, Ottawa: Mortimer Press

Taylor, John H. (1986), Ottawa: An Illustrated History, J. Lorimer, ISBN 978-0-88862-981-4

Van de Wetering, Marion (1997), An Ottawa album: glimpses of the way we were, Dundurn Press Ltd., ISBN 978-0-88882-195-9

Woods, Shirley E. Jr. (1980), Ottawa: The Capital of Canada, Toronto: Doubleday Canada, ISBN 0-385-14722-8

Wikipedia, History of Ottawa